dimanche 24 juin 2012

Maison française, et petites nouvelles

Bonjour à tous !

On reprend les bonnes habitudes avec le petit article hebdomadaire. Celui qui vous permet de vous occuper un petit peu pendant les longs dimanches pluvieux de juin (niark niark niark)

Il fallait bien que ça arrive !! 3 semaines de vacances, c'est bien beau, mais à un moment ou à un autre, l'instant tant redouté réapparaît ! Le réveil sonne le lundi matin, on se réveille dans le pâté, on pousse un soupir de désespoir, on reprend ses habitudes matinales, et on retourne au boulot...
Mais pour moi, je dois avouer que le soupir a été plutôt court, car en même temps que la reprise, je change quasiment de boulot ! Et il faut bien avouer que c'est quand même sacrément motivant !

J'étais depuis mon arrivée en novembre, responsable d'une petite structure appelée « French Ressource Center ». Petite bibliothèque de français dont j'assurai la coordination, et les événements qui s'y rattachaient (en collaboration avec l'association des étudiants de français). Le French Ressource Centre est maintenant dépassé, que dis-je ! Il est même démodé ! Depuis mon arrivée, des bruits couraient qu'il le serait un jour, car un nouveau bâtiment en construction au sein de l'université accueillerait une nouvelle structure réservée au département de français et qui aurait pour nom « Maison Française ». Cette structure devait être organisée ainsi :
le bureau du coordinateur (moi), d'ailleurs, à partir de maintenant, je vous demanderai de bien vouloir m'appeler « monsieur Sylvain », et plus seulement « Sylvain ».
Un centre de ressource, sorte de délocalisation du French Ressource Centre, mais avec tout de même quelques ouvrages supplémentaires
Une grande nouveauté dans l'université : Un laboratoire de langue ! Tout neuf, tout beau, tour propre !
Bien évidemment, entre novembre et mai, de l'eau à coulé sous les ponts, et nous sommes passés d'un espace en travaux, à un espace désormais utilisable ! J'avoue qu'on a eu quelques difficultés, car les retards habituels des travaux additionnés à l'organisation légendaire du Ghana (et la ponctualité, mais nous en reparlerons) n'ont pas facilité les choses. D'autant que lorsque la date de l'inauguration a été fixée, rien n'était encore terminé... Loin de là, les murs n'étaient pas peints et les sols à moitié fait. C'est vrai qu'ici, il y a parfois une organisation un petit peu spéciale ! On passe la deuxième couche de peinture après l'installation des livres, on finit le sol quand les meubles sont installés... Mais en tout cas, ça semble marcher... vous vous doutez en tout cas que je n'ai pas passé des semaines de tout repos ! Déménager une bibliothèque, c'est pas une mince affaire, surtout quand on est limités en nombre de cartons ! Heureusement que Marie et moi-même sommes équipés en malles, ça a un petit peu simplifié les choses !
Déménager un bureau qui n'a pas été réellement bien entretenu pendant de nombreuses années, c'est pas non plus ce qu'il y a de plus facile, et j'ai eu la joie de découvrir un certain nombre de surprises (des boites de stylos qui ont environ 5 ans, des archives non archivées...) J'ai d'ailleurs jeté un certain nombre de kilos de documents totalement inutiles.
Voilà les photos des déménagements




Le déménagement du bureau au French ressource Centre







L'emmenagement de la bibliothèque de la Maison française. du boulot.


Et les livres c'est lourd!

C'est le 17 mai que les choses ont enfin réellement pris forme, puisque c'était la date à laquelle était fixée l'inauguration de la fameuse Maison Française ! Et vu à quel point les Ghanéen (et toute l'Afrique, ou du moins, celle que je connais) sont protocolaires, là aussi on a pas chômé ! Décoration, petits fours, boissons, discours des différentes personnes influentes dans l'université et ailleurs (président de la fac, chef de la coopération culturelle de l'ambassade, directeurs d'Alliance Françaises) étaient présents pour un petit discours. On avait même fait appel à la fanfare de l'école primaire qui nous a joué les deux hymnes nationaux. La grande classe ! Jugez pas vous même !



La table des rois de l'inauguration


La bannière, faites par mes propres soins!


La salle d'inauguration


Mr Ellis, président de l'université, à sa gauche, Mr Dornon, mon patron à l'ambassade



Mr Ellis qui fait son discours


La table des pontes!

Après la cérémonie, bien sûr, Mr le président de la fac et Mr Dornon (de l'ambassade) ont eu le grand honneur de couper le ruban qui laissait l'entrée libre au nouveau petit bijou du département de français, la maison française !! Moi, de mon côté, je n'avais pas de discours à faire, mais j'avais tout de même la lourde tâche de faire visiter les lieux, et de montrer un petit peu comment fonctionne le labo. Dur ! Mais jugez en par vous même ! Et je sens que la cravate va faire jaser les potes...


Visite du centre de ressource.


L'entrée de la maison française (j'ai pas choisi le panneau! Epargnez moi!)


Voilà, en tout cas, je suis en possession désormais d'une structure toute neuve toute propre, d'un bureau qui a la classe et d'un laboratoire qui n'a rien à envier à la France (peut être la vitesse de la connexion à internet). Le centre de ressource est tout nouveau, et nous sommes d'ailleurs en train de côter tous les bouquins pour que tout soit rangé convenablement pour la rentrée scolaire. Voilà quelques photos.

href="http://1.bp.blogspot.com/-PNGTfuCxtmg/T-ctKjGVtfI/AAAAAAAAA4I/PImbGi7R2VE/s1600/P5100154.JPG" imageanchor="1" style="margin-left:1em; margin-right:1em">
le coin lecture


le centre de ressource vu de l'entrée


vu du coin lecture


oh qu'il est beau, qu'il est beau le labo!


Oh qu'il est laid, qu'il est laid le bidet!


Il est désormais de mon devoir de dégotter de quoi organiser quelques trucs sympathiques
C'est tout pour aujourd'hui. Pour les proches de Caro qui veulent des nouvelles, ça va très bien puisqu'elle n'est pas encore malade (rassurant n'est-ce pas?) ! Elle revêt chaque jour son costume de Sherlock Holmes pour résoudre une énigme bien passionnante : « Comment faire pour être infirmière française au Ghana ? » Et quand elle n'est pas en mission enquête, nous sommes souvent en train de taper la balle sur les courts du campus, ou dans la cuisine au fourneau !

Sur ce nous vous faisons une grosse bise !

A bientôt





lundi 18 juin 2012

Deboires et aventures!

Salut tout le monde !

Ghana-mbi reprend ses droits après mes quelques vacances en France. 3 semaines, c'est quand même pas mal ! Ca m'a en tout cas laissé le temps de voir du pays, de retrouver un paquet de monde, et de faire un peu de train ! Et je retourne à la maison frais comme un gardon (n'y voyez aucun clin d'oeil à la météo que nous avons eue en France...).
Finalement c'est assez particulier, je retrouve mon quotidien, mais un certain nombre de choses vont quand même changer ! Car pour ceux qui ne sont pas encore au courant, je ne suis plus seul !!! Caro se joint à moi pour de petites aventures africaines, jusqu'à nouvel ordre !! Aucune date de retour n'est prévue pour l'instant !
En tout cas, être deux change vachement les choses ! Et je m'en suis rendu compte alors que nous étions encore en France ! D'abord parce que j'avais quitté Kumasi avec 18 kilos de valises, et que nous sommes rentrés avec une bonne 60aine de kilos ! Et malheureusement, assez peu de fromage... (bon, un brie d'un kilo quand même...!)
La deuxième chose qui a changé, c'est que Caro a, disons le ainsi, le chic pour rendre les voyages en avion compliqués. C'est le moins que l'on puisse dire, et évidemment, le Paris-Kumasi n'a pas été de tout repos ! Explication :

Nous devions à l'origine prendre un avion mercredi (13 juin) à 12h20 à Roissy. .L'itinéraire prévu pour aller à Accra était : Paris – Londres – Accra.
Après les 2h de transports pour nous rendre à l'aéroport (banlieue parisienne oblige) L'enregistrement s'est passé magnifiquement bien, mis à part le fait que nous ne pouvions être placés à côté l'un de l'autre pendant le trajet Londres-Accra. Bon, ça restait négociable... et en tout cas, ça ne nous empêchait pas de partir !
Suite à l'enregistrement, nous avons passé les différents barrages pour arriver enfin en zone d'embarquement. L'avion était à l'heure ! Asseyons nous et faisons passer le temps ! C'est à 11h30, heure annoncée de l'embarquement, que notre journée a pris un tour inattendu ! L'avion, sensé décoller à 12h20, était annoncé à... 14h05 ! Pas trop grave me direz vous, juste quelques heures supplémentaires à poireauter... Oui, enfin, le problème était que notre correspondance Londres – Accra décollait à 14h40... difficile dans ce cas de joindre les deux bouts ! D'autant que vous imaginez bien qu'il n'y a qu'un avion par jour pour se rendre à Accra... Hard !
Après discussion avec le personnel de l'aéroport, nous avons réussi à sortir de la zone d'embarquement ! Non pour embarquer, mais pour retourner au point de départ : les bureaux d'enregistrement ! On nous alors proposé deux alternatives :
partir avec le vol prévu (donc 2h de retard) pour prendre une correspondance à Londres en direction de Legos. Puis à partir de Legos, prendre un nouvel avion pour Accra, arrivée prévue à 5h du mat le lendemain.
Le deuxième solution : partir le lendemain et faire le même itinéraire... en espérant que cette fois, ça fonctionne !
Je ne sais pas ce que vous auriez fait, nous en tous cas, on n'a pas hésité ! Je préferais passer une journée de vacances en plus en France. Trop la classe ! Et nous voilà donc dans l'aéroport, avec des billets pour le lendemain, et même pas la possibilité de voyager en classe business, pour dédommagement ! Nous avons donc récupéré nos 60 kilos, pour faire le trajet du matin dans le sens inverse ! Traverser l'aéroport, prendre un RER, et super maman Caro qui vient nous chercher pour terminer le voyage !

Lendemain... rebelotte ! 60 kilos de valises, le métro (super maman Caro au boulot...), puis le RER, puis retraverser l'aéroport, et enregistrons nous, avec le sourire en prime ! On est vraiment trop mignons quand on voyage !
Arrivée à l'enregistrement, voilà ce qu'on nous dit : « Vous êtes effectivement bookés sur les deux vols (paris – Londres, Londres – Accra), mais je sais pas pourquoi, impossible d'imprimer vos cartes d'embarquement pour votre correspondance ! C'est très bizarre ! »
Aïe ! C'est reparti pour un tour ?!! après discussion avec l'hôtesse, celle-ci a pris la peine d'aller se renseigner au bureau de vente des billets (où nous étions la veille pour le changement de date). A son retour, voilà ce qu'elle nous dit :
« En fait, je vous trouvais pas, car il y a un de vous deux qui a été surclassé ».
Je suppose que le passeport de service a fait son effet, et j'avais effectivement la possibilité de voyager en business ! Sans Caro... J'ai donc, vous me connaissez, ravalé ma fierté et ai refusé la peut-être unique chance de ma vie de voyager en classe business. Adieu champagne, petits fours et sièges confortables, bonjour Caro... et la classe éco.
L'histoire a finalement rapidement été réglée, et nous avons pu voyager sans encombres jusqu'au Ghana. Notre arrivée dans la maison de l'ambassade a été mouvementée, puisque l'électricité était coupée, et qu'il nous a fallu un certain temps pour la réenclencher.

Après la nuit à Accra, nous avons réussi à trouver un avion qui voulait bien de nous pour nous rendre à Kumasi. Et l'hôtesse de la compagnie City Link a eu la gentillesse de ne pas nous faire payer les 19 kilos d'excédents de bagages ! Comme quoi, un sourire et les yeux bleus, ça peut faire vachement économiser !!

toujours est-il que nous sommes bien arrivés à Kumasi, prêts à entamer une nouvelle vie loin des frontières française, et loin de la météo pourrie du mois de juin ! C'est déjà une bonne chose !

C'est tout pour cette petite aventure, les voyages forment la jeunesse parait-il, en tout cas, si vous comptez venir nous visiter, prévoyez un voyage de 2 jours... on ne sait jamais !

Des gros bisous à tout le monde, et en tant que rédacteur en chef de Ghana-mbi-a kumasi, je me permets de souhaiter le bienvenue aux membres de la famille de Caro, qui, restons dans les métaphores aéronautique, prend l'avion en plein vol, mais l'important, c'est finalement de suivre nos aventures !

Des grosses bises !

Sylv... et Caro.